Le combat contre la précarité de l’abbé Pierre continue

Écouter

Il y a dix ans, l’abbé Pierre nous quittait après avoir passé sa vie à aider les gens les plus pauvres. As-tu déjà entendu parler de lui ? En fait, son vrai nom est Henri Grouès et il est né en 1912 à Lyon. Devenu moine à l’âge de 19 ans, il est entré dans la résistance (un groupe de personnes qui luttaient contre les Allemands qui occupaient la France pendant la Seconde guerre mondiale) en 1939 et on lui a alors donné le nom de code « Abbé Pierre ». Après la guerre, il est devenu député de Meurthe-et-Moselle et a créé près de Paris la première communauté Emmaüs dont le but est de lutter contre l’exclusion (c’est le Mot du jour) et contre le mal-logement (la situation dans laquelle se trouvent les personnes qui ont de grandes difficultés pour se loger). En 1969, avec l’aide de l’Armée du Salut et du Secours Catholique, il a lancé la Banque Alimentaire qui récupère les aliments que les magasins n’ont pas vendus pour les redistribuer aux plus pauvres. Son combat contre l’injustice et la précarité (les conditions de vie difficiles et incertaines, comme quand une personne est au chômage depuis longtemps, qu’elle a du mal à payer son loyer ou qu’elle n’a pas d’endroit où habiter… ) lui ont valu d’être « la personnalité préférée des Français » pendant plusieurs années. Dix ans après sa disparition, son combat continue grâce au travail des nombreux bénévoles des associations qu’il a créées.

  • Partager

    Facebooktwittergoogle_plusmail
  • 1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (1 votes, 4,00 / 5)
    Loading...
    404
    Download PDF