le journal

Un terrible attentat contre le professeur Samuel Paty

Le 16 octobre, un terrible événement a eu lieu : un professeur d’histoire-géographie a été tué en sortant du collège où il enseignait. Samuel Paty n’a pas été tué au hasard : il a été attaqué parce qu’il avait donné un cours qui n’avait pas plu à certaines personnes.

En classe, le professeur voulait expliquer à ses élèves ce qu’est la liberté d’expression. En effet, le droit pour tous les citoyens et citoyennes de dire ce qu’ils pensent fait partie des valeurs de la République. Par exemple, même si on n’est pas d’accord avec le président de la République, on a le droit de le dire et de l’écrire : c’est ça, la liberté d’expression.

Cette liberté a quand même des limites : il y a des règles pour protéger les personnes des insultes blessantes ou des paroles qui entrainent d’autres personnes à être violentes (on t’explique la naissance de la liberté d’expression et ses limites dans « le sais-tu ? »)

C’est grâce à la liberté d’expression que les journalistes et les dessinateurs ont le droit de faire des caricatures, même si les dessins se moquent de personnes importantes comme des ministres ou des personnages religieux.

Pour réfléchir sur ce sujet avec ses élèves, Samuel Paty leur a parlé du journal Charlie Hebdo. Dans ce journal, les dessinateurs se moquent souvent des différentes religions. Ils ont par exemple fait des dessins de Mahomet, la personne la plus importante dans la religion musulmane. Des terroristes, des personnes qui utilisent la violence et la terreur pour imposer leurs idées, n’ont pas supporté ces dessins. Ils ont tué plusieurs journalistes : ce sont les attentats de Charlie Hebdo de janvier 2015.

Dans son cours, Samuel Paty a montré ces caricatures pour expliquer ce qu’il s’était passé en janvier 2015 et pour enseigner aux élèves que la liberté d’expression est un droit. Ce droit est inscrit dans un document très important qui a été rédigé après la Seconde Guerre mondiale, en 1948 : La Déclaration universelle des droits de l’homme. Il concerne tous les pays du monde mais n’est pas forcément respecté partout.

On a le droit de prendre la parole en public, de s’exprimer librement et de donner un avis sur telle ou telle chose.  On a aussi le droit de ne pas aimer les dessins de Charlie Hebdo et de ne pas acheter le journal, mais on n’a pas le droit d’empêcher des journalistes de faire ces dessins et surtout pas de les tuer pour cela.

Pour certains parents d’élèves, le professeur a fait une erreur en montrant ces images. Pourtant, la liberté d’expression fait partie du programme d’éducation civique au collège. Elle est souvent expliquée en cours d’histoire-géographie.

Certaines personnes en colère ont utilisé les réseaux sociaux pour insulter Samuel Paty. Elles ont publié des vidéos et des textes insultants pour faire grandir la haine d’autres personnes contre ce professeur. Cela s’appelle « l’incitation à la haine » et c’est interdit par la loi. C’est comme cela que certaines personnes se sont mises à détester Samuel Paty alors qu’elles ne le connaissaient même pas. Malheureusement, un jeune homme est passé à l’action et l’a tué avec un couteau.

Cet acte est très choquant car en tuant ce professeur, le terroriste a voulu faire peur à tout le monde et empêcher la liberté d’expression. Le président Emmanuel Macron est tout de suite intervenu en disant que le gouvernement allait agir contre les terroristes et que « la peur devait changer de camp ».

Des hommages ont été rendus à Samuel Paty qui a été tué parce qu’il avait fait son métier : aider ses élèves à comprendre l’actualité, à réfléchir et à avoir leur propre opinion.

Par Gary
Posté le 26 octobre, 2020

Actualités de la semaine

Discute minute

La violence, c’est toujours NON !

À Suivre de près

Des exilés stylés

À Suivre de près

Mister Handi France a été élu !

Alors, le sais-tu ?

Le sais-tu ?

Sais-tu ce qu’est le consentement ?

Le débat de la semaine

On parle de la violence à l’égard des filles et des femmes

Découvre chaque semaine un nouveau mot

Le mot de la semaine

Violence de genre