le journal

Coronavirus : le couvre-feu

Depuis le début de l’année 2020, le virus Covid-19 perturbe la vie de tous les habitants de la planète.

En mars, le nombre de malades a beaucoup augmenté en France et dans le monde : c’était la « première vague ». Le président de la République a alors décidé de mettre en place un confinement. Comme les gens sont restés chez eux et ont limité le contact avec les autres, le nombre de malades a baissé cet été.

Mais depuis plusieurs semaines, le nombre de malades augmente. En effet, les Français reprennent leur vie : ils vont au travail, à l’école, au cinéma ou au restaurant et sont donc en contact avec plus de personnes. Ils peuvent être contaminés plus facilement. On appelle cela « la deuxième vague ».

Pour limiter le contact entre les gens, le président et son gouvernement ont pris des décisions. D’abord, les bars ont fermé dans plusieurs villes comme Marseille, Paris ou Lille. Dans certaines universités, les étudiants n’ont le droit d’aller en cours qu’une semaine sur deux. On demande aussi aux entreprises qui le peuvent de mettre en place le télétravail, c’est-à-dire de faire travailler leurs salariés depuis leur maison.

Le 14 octobre, le président de la République a pris une grande décision : un couvre-feu a été mis en place dans plusieurs grandes villes comme Paris et la région parisienne, Toulouse ou Lille. À partir de 21h, tous les habitants doivent rentrer chez eux. Ils ne peuvent ressortir qu’à partir de 6 heures du matin, sauf pour ceux qui ont des permissions pour leur travail par exemple. C’est la première fois qu’un couvre-feu est décidé en temps de paix à Paris.

Pour l’instant, le gouvernement ne souhaite pas de reconfinement de toute la population. Par contre Jean Castex, le Premier ministre, a dit qu’il pourrait y avoir des confinements pour une certaine durée dans certaines villes. D’autres pays, comme l’Espagne, le font déjà (on t’explique ce que font les autres pays pour lutter contre le coronavirus dans le sais-tu ?).

Pour lutter contre cette deuxième vague, il faut continuer à appliquer les gestes barrières tous les jours, à l’école et à l’extérieur. Pendant les vacances de la Toussaint, mieux vaut rester chez soi plutôt que de partir dans une autre ville ou à l’étranger. Si tu sors pour voir ta famille ou faire du sport, pense à bien respecter les distances et à te désinfecter les mains régulièrement.

C’est en agissant toutes et tous qu’on pourra lutter contre la deuxième vague et protéger ceux qui nous entourent.

Par Sarah
Posté le 19 octobre, 2020

Actualités de la semaine

Discute minute

La violence, c’est toujours NON !

À Suivre de près

Des exilés stylés

À Suivre de près

Mister Handi France a été élu !

Alors, le sais-tu ?

Le sais-tu ?

Sais-tu ce qu’est le consentement ?

Le débat de la semaine

On parle de la violence à l’égard des filles et des femmes

Découvre chaque semaine un nouveau mot

Le mot de la semaine

Violence de genre