le journal

Des gilets jaunes rouges de colère

Depuis des semaines, des personnes manifestent dans toute la France en portant des gilets jaunes. Comme nous te l’expliquions dans l’hebdo du 26 novembre, ces personnes protestaient au départ contre la hausse du prix du carburant. Le 6 décembre, le gouvernement a annoncé finalement que le prix de l’essence n’augmenterait pas. Pourtant, le samedi 8 décembre, il y avait toujours autant de manifestants en gilets jaunes dans les rues avec de plus en plus de colère et de violence.

Certains gilets jaunes expliquent que la vie en France est devenue trop difficile pour ceux qui ne gagnent pas beaucoup d’argent. Ils disent que le gouvernement prend des décisions qui ne profitent qu’aux plus riches et que le modèle social français (on t’explique ce que c’est dans le Sais-tu ?) ne fonctionne plus. Ces personnes souhaitent que le gouvernement fasse des propositions pour les aider.

Certains gilets jaunes expliquent que la vie en France est devenue trop difficile pour ceux qui ne gagnent pas beaucoup d’argent

Dès le lundi 10 décembre, le Président de la République a annoncé une série de décisions. Par exemple, le SMIC qui correspond au salaire minimal qu’un employeur doit verser à un employé en échange de son travail sera augmenté. De même, il a annoncé des mesures pour les retraités qui gagnent moins d’argent ou pour les personnes qui font des heures supplémentaires à leur travail. Certains gilets jaunes se sont dits satisfaits, d’autres trouvent que cela ne suffit pas et veulent poursuivre les blocages et les manifestations. Depuis ces annonces, plus de la moitié des français qui soutenaient jusque-là les gilets jaunes souhaitent maintenant que le mouvement s’arrête.

Par Arthur
Posté le 17 décembre, 2018

Actualités de la semaine

Discute minute

Un héros de la paix !

À Suivre de près

En radeau pour la bonne cause !

À Suivre de près

Au Gabon, les animaux sauvages reviennent dans la réserve

Alors, le sais-tu ?

Le sais-tu ?

Sais-tu ce que sont les prix Nobel ?

Le débat de la semaine

On parle de Nelson Mandela