le journal

L’école pour tous

Cet été, le gouvernement a annoncé qu’il fallait que plus d’enfants en situation de handicap puissent aller à l’école comme tous les autres. En effet, pendant longtemps, les enfants qui avaient un handicap restaient dans des centres spécialisés en dehors des écoles. Parfois, ils étaient même obligés de rester chez eux. Depuis 2005, la Loi impose que les enfants avec un handicap puissent aller à l’école et en 2013, on a décidé que l’école serait désormais inclusive. On parle ainsi d’inclusion scolaire (c’est le mot de la semaine). Pour la rentrée, le gouvernement a donc affirmé qu’il y aurait plus de moyens pour accueillir les enfants. En effet, certains élèves ont besoin en classe d’un adulte pour les aider et les rassurer. On les appelle les accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH). Certains élèves ne peuvent pas rester toute la journée dans une classe car c’est trop fatigant. Par moment, ils ont besoin d’être en petit groupe pour travailler dans une classe qui s’appelle une ULIS, une Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire.  Le gouvernement a donc promis qu’il y aurait plus d’accompagnants pour aider les enfants et qu’il y aurait aussi plus de places en ULIS. Les enseignants seront également mieux formés pour bien comprendre les différentes formes de handicap et s’adapter à tous. En effet, ce qui compte lorsqu’un élève avec un handicap arrive dans une école, c’est de comprendre ce dont il a besoin pour réussir. Aller à l’école, c’est une grande fierté pour un enfant qui a un handicap même si cela peut être parfois difficile pour lui. Et souvent, la première chose dont un enfant a tout simplement besoin pour réussir, c’est d’avoir des copains comme tout le monde.

Par Gary
Posté le 3 septembre, 2018

Actualités de la semaine

Discute minute

Des milliers de jeux pour s’amuser !

À Suivre de près

L’Échappée bleue, un projet écolo et solidaire

À Suivre de près

Le Louvre t’invite à découvrir toutes ses œuvres

Alors, le sais-tu ?

Le sais-tu ?

Sais-tu depuis quand les jeux existent ?

Le débat de la semaine

On parle du plaisir de jouer