le journal

Mieux accueillir les élèves en situation de handicap

Le premier ministre, Gabriel Attal, a annoncé qu’il souhaitait améliorer l’accueil des enfants en situation de handicap à l’école.

En France, l’école est un droit pour toutes et tous. Certains enfants ont des particularités qui nécessitent que les écoles s’adaptent pour qu’ils puissent apprendre comme leurs camarades. On dit que ces enfants sont en situation de handicap.

Par exemple, un ascenseur peut être nécessaire pour qu’un élève en fauteuil roulant accède aux salles de classe. De même, des lumières adaptées peuvent être indispensables pour qu’un enfant malvoyant puisse voir le tableau. Ou encore, des zones calmes peuvent être nécessaires pour les enfants très sensibles à l’agitation et au bruit.

De plus en plus de ces enfants sont accueillis à l’école : aujourd’hui, 470 000 enfants en situation de handicap sont scolarisés. C’est presque deux fois plus qu’en 2017. Pour les aider, beaucoup d’entre eux sont accompagnés par un accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH). Ils sont plus de 140 000 en France !

Il existe aussi des classes Ulis (on t’explique ce que sont les classes Ulis dans le sais-tu ?), où les élèves sont moins nombreux et dans lesquelles les professeurs et les AESH s’adaptent au maximum aux besoins des enfants.

Malgré tout, des efforts restent à faire pour mieux accueillir les enfants. En effet, les démarches sont parfois longues pour que le handicap de l’enfant soit reconnu et qu’il puisse bénéficier de l’aide d’un AESH. Certains professeurs sont aussi en difficulté car ils ne savent pas comment bien s’adapter à leurs besoins.

Pour changer les choses, le Premier ministre a proposé d’installer dans les écoles des « pôles d’appui à la scolarité ». Un professeur et un éducateur seront chargés de discuter avec les familles pour savoir comment s’adapter au mieux à leur enfant.

Ce pôle pourra aussi demander de l’aide de professionnels, comme des psychologues ou des orthophonistes, ou fournir du matériel, comme des tablettes en braille (une écriture en relief qui permet de lire avec le doigt) pour les enfants qui ne voient pas.

Ces pôles vont d’abord être testés dans les écoles de quatre départements de France. Ensuite, le Premier ministre voudrait les installer partout.

Par Arthur
Posté le 27 mai, 2024

Actualités de la semaine

Discute minute

Un nouveau rendez-vous au bureau de vote !

À Suivre de près

Un jeu vidéo pour les enfants dys

À Suivre de près

Protéger les droits des réfugiés

Le sais-tu ?

Sais-tu ce qu’est la majorité absolue ?

Le débat de la semaine

On parle de la dissolution de l’Assemblée nationale