le journal

Semaine du goût, que met-on dans nos assiettes ?

Le 8 octobre débute la semaine du goût. C’est l’occasion de réfléchir à ce que nous aimons manger mais aussi aux produits que l’on achète et à la qualité de ce que l’on mange. Or, durant les 6 derniers mois, des députés français ont justement enquêté sur notre alimentation et plus particulièrement sur les produits alimentaires industriels, ceux fabriqués par de grandes entreprises et vendus en magasins qu’on appelle aussi les produits ultra transformés comme les pizzas, les plats préparés… Fin septembre, ils ont présenté les résultats de leur enquête et leurs recommandations. Ils demandent que ces entreprises mettent moins d’additifs (c’est le Mot de la Semaine) dans la fabrication de ces produits. Aujourd’hui, 338 additifs sont autorisés. Leur objectif est qu’il n’y en ait plus que 48 en 2025. On pense en effet que les additifs sont mauvais pour la santé. Les députés sont aussi inquiets car ces aliments contiennent trop de sel ce qui n’est pas bon pour le cœur. Ils souhaitent que nous soyons mieux informés sur ce que contiennent les produits que nous achetons. Ils aimeraient que le système d’étiquette appelée Nutri-Score et qui existe depuis 2017 devienne obligatoire pour tous les industriels. Il s’agit d’une étiquette sur l’emballage des produits qui indique une note qui va de A à E et une couleur qui va du vert au rouge. Si, sur l’étiquette, la lettre en A en vert apparaît en plus grand, c’est que ce produit est bon pour notre santé. Si c’est la lettre E en rouge qui est la plus grande, cela signifie que le produit est trop gras, trop sucré ou trop salé. Les députés souhaitent également que les familles qui en ont le plus besoin puissent recevoir une aide pour acheter de meilleurs aliments et qu’un secrétariat général à l’alimentation soit créé pour faire en sorte que chacun puisse mieux manger.

Par Marianne
Posté le 8 octobre, 2018

articles en liens