le journal

Un mystérieux SOS sur une étiquette

Une jeune Irlandaise de 25 ans a eu une mauvaise surprise en voulant passer à la machine à laver un haut qu’elle avait acheté dans une grande chaîne de magasin de vêtement. En effet, en voulant regarder à quelle température elle devait le laver, elle a découvert une étiquette cousue main sur laquelle était inscrite : « Forced to work exhausting hours », ce qui signifie : « Obligé à travailler durant d’épuisantes heures ». Cette mystérieuse découverte lui a fait prendre conscience que ce vêtement avait peut-être était fabriqué par une personne exploitée (c’est notre « mot du jour »). En effet, certaines chaînes de magasins vendent des produits fabriqués par des entreprises étrangères dans lesquelles les conditions de travail sont inhumaines. Les ouvriers employés pour fabriquer ces produits sont obligés de faire plus d’heures de travail qu’ils ne devraient en faire, dans des locaux souvent en très mauvais état, et ils sont payés une misère. Bien que rien ne prouve que la personne qui a cousu le message sur l’étiquette soit vraiment exploitée, cela rappelle que trop de personnes dans le monde sont obligées de travailler dans des conditions honteuses bien qu’il existe des lois pour protéger les travailleurs. Dans le monde, certains enfants sont eux aussi forcés de travailler et la Convention Internationale des Droits de l’Enfant rappelle leur droit à la protection contre l’exploitation.

Actualités de la semaine

Discute minute

Non aux violences faites aux enfants !

À Suivre de près

Une borne de recyclage amusante

À Suivre de près

Ndakasi la gorille s’en est allée…

Alors, le sais-tu ?

Le sais-tu ?

Sais-tu ce qu’est la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église ?

Le débat de la semaine

On parle des violences sexuelles sur les enfants

Découvre chaque semaine un nouveau mot

Le mot de la semaine

Pédocriminalité