le sais-tu

Sais-tu quelle est l’histoire des transports en commun ?

En 1662, Blaise Pascal, un scientifique français, proposa à Louis XIV, le roi de France, une nouvelle façon de se déplacer à Paris. Il souhaitait que le peuple qui se déplaçait le plus souvent à pieds puisse utiliser aussi des carrosses. Son idée était que des carrosses à 8 places prendraient tous les jours aux mêmes heures, les 5 mêmes chemins dans Paris. Pour les utiliser, les passagers devaient payer « cinq sols », la monnaie de l’époque. Le 1er transport en commun dans le monde est inventé. On l’appelle les « carrosses à cinq sols ».

Le succès a été immédiat. Malheureusement, les nobles du Parlement de la ville de Paris avaient décidé que ce moyen de transport n’était réservé qu’à certaines personnes. Les serviteurs, les travailleurs les plus pauvres n’y avaient pas accès. Ils devaient continuer à se déplacer à pieds. Avec le temps, le prix du billet a augmenté. Petit à petit, plus personne n’utilisait ces carrosses. Il a fallu attendre 1824, pour qu’en Angleterre puis à Nantes, en France, de nouveaux moyens de transports en commun soient inventés. Il s’agissait encore de voitures avec plusieurs places tirées par des chevaux. À Nantes, comme ces voitures partaient devant une boutique qui s’appelait Omnibus, les personnes ont pris l’habitude d’appeler ces voitures des omnibus. L’expression est restée depuis pour parler de certains bus.

En France, les transports en commun ont continué à se développer dans les villes. Depuis quelques années, ils sont même gratuits dans une vingtaine de villes, comme à Niort, afin de permettre à plus de gens de les prendre et limiter le nombre de voitures.

Par Sarah
Posté le 17 juin, 2019

Actualités de la semaine

À la une

C’est les vacances… dans toute la France !

Discute minute

Les vacances en France !

À Suivre de près

Un toit pour moi et pour toi !

À Suivre de près

Des briques en plastique, c’est fantastique !

Le débat de la semaine

On parle des vacances

Découvre chaque semaine un nouveau mot

Le mot de la semaine

Mesures sanitaires